vendredi 9 septembre 2016

RAISMESFEST – Raismes – 09-10/09/2016

Ce festival a un gros problème récurrent : son manque de notoriété.
Ce n'est encore une fois qu'un petit millier (?... Trop peu de toutes façons !) de metallos qui se rassemble sur le site du Château de la Princesse d'Arenberg à Raismes (près de Valenciennes) pour cette dix-huitième édition du festival dont l'atmosphère est pourtant si sympathique, et la programmation jamais décevante !
Les artistes, quel que soit leur notoriété, sont bien accueillis, disposent le plus souvent d'une bonne sonorisation et, délicate attention, leur pédigrée est présenté systématiquement en préalable à chaque prestation. En ce qui me concerne, je ne me prive donc pas d'une cinquième participation (2007, 2008 2013 et 2014).
Je suis bien accompagné, c'est le principal ! Tant pis pour les absents. De surcroît, le soleil radieux est de la partie pour les deux jours, donc c'est tout bon !!!

Vendredi 09 septembre.
Aaaah les délicieux imprévus de la circulation francilienne ! Quel bonheur que de partir à 17h30 de Vitry pour arriver à Raismes à 21h45, soit plus de deux heures d'embouteillages !
Au fil des minutes passées vainement à attendre que le trafic se fluidifie (je vous laisse imaginer mon état et vous fait grâce des noms d'oiseaux qui ont fusé sous le cockpit) nous avons fait notre deuil des groupes qui débutaient ce festival …
Il s'en est fallu de peu pour que je n'assiste même pas à Zodiac ! Quelques menus excès de vitesse (euphémisme) nous ont permis d'arriver avant l'heure fatidique !

Bien évidemment les groupes ne nous ont pas attendu et j'ai une toute particulière amertume d'avoir raté la prestation de Birth Of Joy ; j'aurais souhaité vérifier le bon pressentiment que m'inspiraient les vidéos. Les échos semblent finalement mitigés …

ZODIAC [22h15-23h50]. Je retrouve donc ce fabuleux groupe allemand (Nick van Delft au chant et guitare, Stefan Gall à la guitare, Ruben Claro à la basse et au clavier, et Janosch Rathmer à la batterie) que j'avais découvert il y a deux ans lors de ce même Raismesfest ! Cette fois ils viennent présenter leur nouvel opus "Grain of Soul" !
Leur heavy blues 70's est toujours d'une redoutable efficacité et je ne regrette pas mon vif intérêt pour eux ; ils le valent bien ! (à l'image de la longue et soyeuse crinière de Nick qui pourrait promouvoir les produits L'Oréal, mais là je vous le concède je m'égare).
Aidés il est vrai par une sonorisation parfaite, ils ont soulevé l'enthousiasme du public, déjà conquise d'avance car Zodiac est déjà revenu dans le valenciennois après leur dernier passage au RF. Cette fidélité est ce soir récompensée !
Etonnamment, ils n'interprètent que deux titres (dont une reprise de N. Young!) de "A Hiding Place" (2013) et rien de "Sonic Child" (2014). En revanche, ils réalisent un grand écart entre leurs tout-débuts, (un titre de leur premier Ep, quatre de "A Bit of Devil" -2012-) et leur actualité en interprétant cinq nouveaux titres !
Ce choix me permet de découvrir en concert une partie de "Grain of Soul", (eh non je ne l'ai pas encore acquis !). Il me semble moins bluesy, davantage énergique, ce qui n'est pas pour me déplaire ! Cette légère évolution n'a pas nui à l'ensemble du programme qui est resté cohérent, si bien que les 90 minutes passent beaucoup trop vite ! "Coming Home" vient clore cette superbe prestation ! Encore un achat en vue …

Programme :
Rebirth by Fire (Grain of Soul)
Animal (Grain of Soul)
Free (A Hiding Place)
Sinner (Grain of Soul)
Ain’t Coming Back (Grain of Soul)
A Bit of Devil (A Bit of Devil)
Down (Grain of Soul)
Faithless (Grain of Soul)
Follow You (Grain of Soul)
Failure (Zodiac)
Diamond Shoes (A Bit of Devil)
Cortez The Killer (reprise de Neil Young & Crazy Horse, issue de A Hiding Place)
Horror Vision (A Bit of Devil)
Grain of Soul (Grain of Soul)

RAPPEL :
Coming Home (A Bit of Devil)

Samedi 10 septembre.
Lorsque nous sommes arrivons, vers 14h15, The Electric Alley est déjà sur scène depuis peu. Deux groupes sont donc déjà passés (les strasbourgeois Iron Bastards et les ch'tis Radical Suckers).


THE ELECTRIC ALLEY [14h05- 14h50]. Fondé en 2012 à Cadix (Espagne) le groupe est composé de Nando Perfumo, Jaime Moreno, Sergio Reyes Gamaza, Rafa G. Benitez.
Outre le style musical tout à fait séduisant, c'est surtout le chanteur Jaime Moreno qui attire mon attention ; il dispose d'une étendue vocale remarquable ! La sonorisation impeccable a permis au public d'apprécier pleinement ce groupe prometteur ! S'il fallait émettre une critique, je considère qu'en chantant en espagnol il gagnerait en originalité (écueil qu'a su gommer son compatriote d'El Dorado), mais bon je sais que mon avis n'est pas partagé, alors je grogne dans mon coin ...scrongneugneu…
Ils sont venus promouvoir "Get Electrified" que je n'ai pas hésité à acheter ! Hélas, ils étaient absents de leur échoppe lorsque je m'y suis rendu, donc pas de dédicace.

Programme : (à déterminer)


OVERDRIVERS [14h50- 15h20]. Ces Ch'tis de Béthune, sont survoltés, dans un registre délibérément AC/DC ! Impossible pour le public (auquel je m'associe évidemment) de ne pas battre du pied et de la nuque en écoutant ce hardrock diablement efficace ! Adrien Desquirez au chant et guitare rythmique, Anthony Clay guitare/chœur, Sebastien Lorquet basse/ chœur et Florian Morgano à la batterie délivrent un dose impressionnante d'énergie ! Anthony Clay est le plus turbulent de tous puisqu'il n'hésite pas à faire quelques allers et retours dans le public ravi de partager ainsi cette folie !
Pour eux comme pour d'autre, j'estime qu'ils se singulariseraient en chantant en français, faute de quoi ils ne peuvent que souffrir de la comparaison avec AC/DC, Airbourne et une multitude d'autres groupes assimilés. Mais nous avons passé un bon moment avec eux, c'est le principal ; pour ce qui est de leur avenir, ca les regarde…

Programme : (à déterminer)


THE NEW ROSES [15h20-16h10]. Venus d'Allemagne, Timmy Rough au chant/guitare, Norman Bites à la guitare, Hardy à la basse et Urban Berz à la batterie, ils proposent, comme leur nom le suggère, un registre proche des Gun's and Roses. Mais ils parviennent cependant à sortir de l'ornière du plagiat. Aber warum nicht auf deutsch singen ?
Leur musique est efficace et entrainante. Plutôt sympas, le chanteur insistant sur le talent du groupe précédent (Electric Alley) et sur la convivialité des organisateurs du festival. Encore un bon moment de rock'n'roll servi bien chaud !

Programme :
Thirsty
Gimme Your Love
Whiskey Nightmare
My Hate Survives
For a While
It's a Long Way
I Believe
Ride With Me
Devil's Toys
Without a Trace.

A ce moment de la journée nous ressentons le besoin d'une pause, (tant pis pour Drenalize) car avec le rythme des passages incessant, au bout d'un moment faut bien s'arrêter, hein ! Nous en profitons pour faire de menues (euphémisme) dépenses dans les échoppes bien achalandées de l'enclos (mention spéciale pour le londonien Bob Moon).

INGLORIOUS [16h40-17h30]. Encore une belle découverte, venue d'Angleterre cette fois !
Le chanteur Nathan James est juste fabuleux ; quel coffre ! Je n'hésite pas à le comparer à Ian Gillan ! Entouré de Wil Taylor et Andreas Eriksson à la guitare, de Colin Parkinson à la basse et de Phil Beaver à la batterie. L'atmosphère inspire principalement Deep Purple, Whitesnake, Rainbow (mais sans les claviers), d'ailleurs ils ne se privent pas de deux belles reprises, ou encore Led Zep. Servi par une excellente sonorisation, ils ont conquis le public sans difficulté !
Très enthousiasmé à l'issue du concert, je n'ai pas résisté à acheter leur opus éponyme et à le faire dédicacer dans la foulée ! Les gars sont abordables et manifestement ravis de notre accueil. Photos de groupe, et hop !

Programme :
Until I Die
Breakaway
I Surrender (reprise de Rainbow)
High Flying Gypsy
New Song
Girl Got A Gun
Warning
Lay Down, Stay Down (reprise de Deep Purple)
Holy Water
Unaware.

INEPSYS [17h40-18h05]. Pour cette édition, le RF a réorienté sa programmation sur le hardrock et, du coup, l'étendard du progmetal n'est porté que par ce groupe établi à Albi. Autant dire que cette prestation figurait donc parmi mes objectifs prioritaires ! D'autant plus que par la magie Facebook j'avais pu sympathiser virtuellement avec son batteur Romain Castel.
Après avoir réalisé un premier opus "Time For Redemption", INEPSYS vient chez les Ch'tis défendre son deuxième, "The Chaos Engine", que ma p'tite Fée avait eu la bonne idée de leur acheter à distance. Compte tenu de la qualité de leur musique, c'est fort motivé que je peux enfin les découvrir sur cette scène "découvertes" du RF ! Ma motivation n'est hélas pas assez partagée car une large partie de public n'a pas daigné s'approcher de ce côté du site pour leur prestation. Une prière à Thor s'impose : "pardonnez-leur ils ne savent pas ce qu'ils font !".
Pour avoir visionné quelques vidéos sur youtube et notamment leur prestation au Crescendo Festival en aout 2015, je savais ce dont ils sont capables. Mon a priori n'a pas eu à souffrir de la réalité, car voilà de très bons musiciens qui, à mon humble avis, mériteraient davantage de médiatisation.
D'amblée, impossible de ne pas remarquer le talent de Ludovic Mercier à la guitare ! Ses soli sont juste époustouflants. Pendant que Romain Castel martèle implacablement ses fûts, son frère Benoît Castel assure ses nappes au clavier. Ce dernier a connu des soucis avec la sonorisation mais ils se sont heureusement estompés au fil du concert. En dehors de ce petit incident, les différents pupitres étaient audibles ; Jérôme Rollat au chant, Sylvain Peyrissous à la guitare et Guillaume Besson, remarquable également à la basse.
Cette vague de prog' dans un océan de metal fut un réel plaisir à écouter, avec des mélodies obsédantes et de beaux espaces d'expressions pour les différents pupitres. Ma seule légère frustration, que j'ai adressée de la même manière à Mathieu d'Anasazi, à Jeff de Mother & Pearl et à Oliver de Soundroots, c'est que les paroles gagneraient en originalité à être chantées en français. Je sais bien que mon avis peut paraître un tantinet franchouillard, mais je l'assume ! Toutefois, à l'instar d'Overdrivers cités ci-haut, cela ne nous a pas empêché de passer un sacré bon moment avec INEPSYS et je veux croire que leur persévérance finira par payer !
Tiens, en parlant de payer, un passage à leur échoppe s'imposait ; un t-shirt et leur premier opus qui manquait à notre discothèque ! Quelques échanges d'impressions et une dédicace nous aurons permis de soutenir modestement cette bande de potes bien sympas !

Programme :
Prelude to Chaos
King of the Hill
Beyond Illusion
Wake up and shine
A Void between us.


DIAMOND HEAD [18h05-19h15]. Alors là, attention, on aborde une des légendes de la NWOBHM ! ahahaaaaa… j'imagine déjà parmi, les plus jeunes, me lisant avec des yeux exorbités et interrogatifs ! héhé … Je vous parle de la "New Wave Of British Heavy Metal", dans laquelle j'ai baigné une bonne partie de mon adolescence et qui a permis l'émergence de nombreux groupes tels que Diamond Head ! Ça me procure un grand plaisir de le voir encore représenté, même si le charismatique Brain Tatler est seul rescapé du groupe ! Imaginez ; la seule et unique fois où je les ai vus, c'était pour la tournée "Canterbury" le 30 septembre 1983 au défunt (mais mythique) Espace Balard, en première partie du concert de Black Sabbath ! 'cré boudiou ca n'vous rajeunit pô ! ...
Mais, trêve de nostalgie, contre vents et marées Brian tente de réanimer son groupe après quelques périodes de sommeil ; 7 opus en 36 années. A l'écoute de la prestation je n'ai pas complétement retrouvé mes émotions d'antan … Sans doute à cause du chanteur qui me faisait cruellement regretter Sean Harris.
Les cinq titres de la période "Lightning to the Nations" (1980) m'ont le plus accroché, en particulier "am I Evil ?" sans doute le plus connu car repris par Metallica ! Dommage que "Canterbury" (1983) soit oublié ; j'avais pourtant bien aimé à l'époque. Le groupe n'interprète que trois titres de son nouvel ouvrage paru cette année.
Brian a encore de beaux restes, et ses soli magnifiques en attestent. Je suis donc plutôt satisfait d'avoir assisté à ce concert qui m'a rappelé de bien bons souvenirs et de manière honorable. Bonne sonorisation également !

Programme :
Borrowed Time / Lightning to the Nations
Diamonds (Diamond Head)
Helpless (Lightning to the Nations)
Bones (Diamond Head)
To Heaven From Hell (Borrowed Time)
In the Heat of the Night (Borrowed Time)
The Prince (Lightning to the Nations)
Shoot Out the Lights (Lightning to the Nations)
It's Electric (Lightning to the Nations)
Shout at the Devil (Diamond Head)
Am I Evil? (Lightning to the Nations).

MALEMORT [19h20-19h50]. On pourrait d'office me faire malicieusement observer : "tiens, en voilà, un groupe français ET francophone ! il va donc te plaire !" Fort de l'écoute préalable de leur musique je me positionne donc avec bienveillance dans la fosse. Sans difficulté, puisqu'à cette occasion une grosse partie du public est une nouvelle fois ailleurs … décidément cette scène découverte n'attire pas les foules, en dépit des présentations faites au micro.
Est-ce la sonorisation (je n'ai rien perçu des paroles), ou est-ce mon humeur du moment, toujours est-il que je ne suis pas parvenu à trouver la porte d'accès à leur univers. Je suis déçu, car je les trouve a priori sympathique mais musicalement c'est trop bruyant à mes oreilles (il est vrai qu'avec le temps je suis devenu plus sensible aux sonorités progressives, mais quand même…). Je leur conserve mon estime eu égard à ce que j'avais écouté, mais ce n'est pas cette prestation qui m'aura convaincue…
Maigre assistance, une fois de plus, à l'instar d'Inepsys, le public était ailleurs, …

Programme : (à déterminer)


MYRATH [19h50-20h55]. Une de mes principales motivations du jour, ce groupe tunisien n'en finit pas de me séduire toujours davantage. Quatrième fois que leur concert m'enivre les sens ! A l'instar des danseuses orientales qui animent le plus souvent leurs spectacles, c'est un tourbillon d'émotions musicales qui nous envoutent systématiquement.
Leur dernier concert au Divan du Monde avait frustré un peu tout le monde, car le batteur ayant subi un malaise, la durée avait dû être écourtée.
Belle entame de prestation ; une des quatre danseuses du Divan du Monde exécute de majestueuses arabesques pendant que les membres du groupe arrivent successivement, alors que le public s'est massivement regroupé devant la scène. L'ambiance monte très nettement d'un cran si bien que le groupe pourra se vanter d'avoir emporté la meilleure de cette édition du festival !
Malek Ben Arbia (guitare), Zaher Zorgati (chant), Elyes Bouchoucha (clavier), Anis Jouini (basse) et Morgan Berthet (batterie) ont acquis désormais une véritable maturité. Ils persistent judicieusement dans leur particularité, jouant sur une identité musicale qui les distingue nettement dans la sphère metal. Les paroles alternent l'anglais et l'arabe, ce qui de mon point de vue est un atout supplémentaire !
Je suis content d'avoir échangé quelques mots avec le clavier, le guitariste, et le bassiste pour les soutenir dans leur démarche artistique qu'ils ont le courage d'assumer dans un pays en proie à de funestes démons. Le courage de jouer ce metal métissé, le courage de faire danser des danseuses orientales somptueusement vêtues, le courage de revendiquer leur liberté face aux dogmes religieux imposés. D'ailleurs, c'est bien la première fois que je vois le chanteur brandir une bouteille (de vin blanc il me semble, mais à vérifier) face au public !
Petit scoop confié au détour de nos échanges post-concert, Myrath ajoute une date Forum de Vauréal en décembre. Croyez-vous que j'irai ?
.
Programme : (à confirmer)
Believer
Get Your Freedom Back
Madness
The Needle
The Unburnt
Endure the Silence
Duat
Merciless Times
Beyond the Stars

THE ANSWER [21h25-22h40]. Ce groupe irlandais m'avait juste intéressé en première partie d'AC/DC en 2009, mais pas au point de les suivre par la suite. Lorsqu'ils sont passés au RF en 2012, il semble qu'ils aient marqué les esprits. Je me positionne donc en bonne place de fosse pour leur donner une nouvelle chance de séduire mes cages-à-miel.
Cormac Neeson (alias Pollux) au chant, Paul Mahon à la guitare, Michael Waters à la basse et James Heatley à la batterie reviennent donc pour fêter le dixième anniversaire de leur premier opus "Rise".
Après une intro aux sons celtes, très vite je me rends compte que nous allons passer encore un bon moment ! La sonorisation est très bonne et les musiciens nous proposent un bon gros hardrock des 70's avec des influences qui caressent mes sens ! Rien à jeter dans cette prestation qui passe trop vite. Cela m'a donné envie de m'intéresser d'un peu plus près à leur discographie, alors qu'ils vont sortir bientôt un sixième opus.

Programme : (à déterminer)


MOTHER'S FINEST [23h15-00h30]. La tête d'affiche du RF2016 a de quoi surprendre a priori, car ce groupe qui vient d'Atlanta (Georgie) a été créé en 1970 par la rencontre du duo Joyce "Baby Jean" Kennedy et Glenn "Doc" Murdock avec le guitariste Gary "Moses Mo" Moore et le bassiste Jerry "Wyzard" Seay, (qui sont encore là à ce jour) pour s'éclater sur des rythmes funky, soul/R&B mais agrémentés de guitares très lourdes… Ce qui fait d'eux une sorte de précurseur du metal fusion ! Pour ma part, étant grand admirateur de Infectious Groove, je me délectais par avance de ce concert !!
Par bonheur, nous avons pu nous installer au premier rang et nous appuyer fort opportunément sur la barrière, après une longue journée à crapahuter dans l'enclos de long en large !
Je pense que l'ingénieur du son a dû psychoter à l'idée de passer dans un festival de hard, car du coup la sonorisation était poussée à son maximum. Pas vraiment du bonheur, la basse et la batterie m'ont comprimé la cage thoracique pendant tout le concert ! Les protections auditives étaient juste indispensables sur ce coup-là !
Néanmoins, cela ne m'a pas gâché le plaisir. Bien protégé, et bien placé, j'ai pu admirer le talent de ces musiciens qui sont toutefois restés dans un registre assez éloigné du metal. Bien loin du plaisir que peuvent me procurer les membres d'Infectious Groove qui sont capables de me faire déjanter complétement. Mother's Finest reste avant tout un groupe de funk-rythm'n'blues, les décibels amplifiés ce soir ne changent rien à l'affaire.
Mais respect pour Joyce qui, à 68 ans quand même assure vraiment bien, de la voix et du geste ! Idem pour ses fidèles partenaires ! Pour leur dernier passage en France, il y a trente ans quand même, ils étaient déjà là exceptés Dion Derek Murdock (le fils de son père ?) à la batterie et John "Red Devil" Hayes à la seconde guitare. Alors certes, on pourra toujours râler en imaginant une autre tête d'affiche autrement plus metal (voire prog metal) mais franchement je ne regrette pas d'avoir fini ce festival ensoleillé par cette touche de fantaisie bien venue !

Programme :
Funk A While
Burning Love
Truth'll Set You Free
Can't Fight The Feeling
I Don't Wanna Come Back
Mickey's Monkey
Climb To The Cross
Take Control
Breaking Down The Wall
Give It Up
Baby Love
Piece Of Rock
Boom Boom
RAPPEL
My Badd
Somebody To Love.

samedi 16 juillet 2016

David GILMOUR – Château de CHANTILLY – 16/07/2016 [21h45-00h50]



Alors que je commence à rédiger, après une journée de travail, un redoutable récit de ce concert, je ne peux pas éviter de faire état de ma consternation au contact de mes collègues.
Encore sur mon nuage floydien 48 heures après, je tente de leur faire partager mon émotion. "Je suis allé voir David, samedi à Chantilly" - "qui ca ?" – "bah, David Gilmour quoi, vous n'avez pas entendu parler de sa tournée !" – "c ki lui ?" – (…) Interloqué, je n'en crois pas mes oreilles, mais je tente de garder un flegme apparent pour leur demander "Pink Floyd, vous connaissez ?" – "bah oui !" – "eh bien c'est son guitariste !" – "ah ?" – (…) abasourdi, je me résigne à tourner les talons et je vais voir ailleurs si j'y suis …
De nature obstinée, je persiste avec trois interlocuteurs différents ; trois bides … Complément affligé et abattu par le désespoir, je me suis finalement réfugié dans mon bureau. Heureusement seul en cette période estivale, je préfère rester sur mon nuage et les laisser disserter sur leurs petits soucis quotidiens.

Pink Floyd a bercé une bonne partie de mon adolescence, leur musique m'ayant touché bien au-delà du succès planétaire généré par "The Wall". Mais ce n'est que lors de la tournée "A Momentary Lapse of Reason" que j'ai pu enfin les voir (Gilmour, Mason, Wright) sur la scène de Bercy le 28 juin 1989. Ce fut une première claque monumentale, puis une deuxième sur la tournée "The Division Bell" le 30 juillet 1994, déjà au Château de Chantilly.
J'ai toujours rêvé du retour de Roger Waters au sein du groupe mais en attendant, je me suis rué sur ses mémorables tournées ("The Pros and the Cons", le 6 juillet 1984 – "the Wall", les 30 mai 2011 et 21 septembre 2013).
En revanche, je n'ai pas su, pu ou voulu aller voir David Gilmour seul. J'ignore la raison profonde ; il me semble que je l'ai soupçonné longtemps d'avoir causé la brouille avec Roger Waters, si bien que j'avais pris parti pour ce dernier. C'est sans doute regrettable, mais c'est ainsi.
Cette tournée "Rattle That Lock" est donc une excellente occasion de me replonger dans cet univers délicieux. D'autant plus que la petite Fée qui a eu la bonne idée de m'accompagner n'a jamais vu le Floyd et encore moins David, ce qui, même si elle a déjà vu Roger, est une lacune à combler de toute urgence ! Et il est grand temps, au regard des années qui passent ; le Monsieur vient quand même de fêter ses 70 ans le 6 mars dernier. Sans cynisme excessif, il est permis d'imaginer que cette tournée pourrait être la dernière.

Evidemment un talent de ce calibre se doit d'être bien entouré et on peut ainsi souligner la présence de deux claviers très talentueux ; Chuck Leavell (ex-Allman Brothers Band, qui a également tourné avec les Rolling Stones), et Greg Phillinganes, qui a participé aux activités de Toto ou de Clapton. A la basse (et contrebasse), c'est Guy Pratt, qui a déjà remplacé le grand Roger au sein du Floyd. Pour compléter le tableau de scène le guitariste Chester Kamen est en soutien, Steve DiStanislao est à la batterie et João Mello est au saxophone et clarinette. Enfin, trois choristes excellents Bryan Chambers (qui se chargera en particulier d'un large passage sur "In Any Tongue"), Lucita Jules (impressionnante notamment sur "The Great Gig in the Sky"), et Louise Clare Marshall.

Voilà pour les présentations des protagonistes (nous et eux, Us and Them … et oui, vous y aurez eu droit !) ; tout est en place pour le début du concert prévu à 21h.

Nous sommes arrivés sur site vers 17 heures, après une marche d'environ 2000 mètres qui nous séparent des parkings (…). Une heure d'attente sous une chaleur torride, et les grilles du Château s'ouvrent enfin peu après 18 heures. Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines puisque des chicanes et des fouilles minutieuses nous attendent ; nous devons prendre le temps de laisser notre perche d'auto-portraits à la consigne (ça tombe bien, on n'avait que ça à faire ! grrr).
Mais par un bonheur inattendu nous constatons que nous sommes finalement parmi les premiers et nous nous plaçons donc pas très loin de la scène, en face des choristes. Commence alors une attente qui sera bien plus longue que prévue. Les fouilles à l'entrée se sont avérées fastidieuses et David a voulu attendre que son public ait pu entrer avant de commencer : c'est tout à son honneur.
Mais cependant, à 21h45 nous avions déjà les jambes lourdes et la gorge bien sèche, lorsqu'une voix nous invite à respecter une minute de silence en mémoire des victimes de l'attentat à Nice. Un impressionnant silence est effectivement respecté.

Trêve de lamentations, nous sommes ici pour nous réjouir que Diable ! Et lorsque le Monsieur et son équipe déboulent sur scène nous oublions très vite notre longue attente !

Dès les premières notes de "5AM/RTL" notre peau fait la chair de poule et les poils s'hérissent irrésistiblement, le son est d'une limpidité et d'une puissance saisissante. Pas besoin de protection auditive, la pureté du son s'impose pour entendre David pester contre son matériel qui le trahit et l'oblige à abandonner sa Stratocaster après avoir dû terminer le premier titre sans instrument ! Il s'excuse dans un très bon français "La guitare, c'est tout vieux, comme moi" !
Le désagrément est vite oublié car il enchaine avec le titre suivant de l'opus RTL, ca tombe bien c'est celui que nous préférons ; "Faces of stone" !

Splendide, que de délicatesse et que de virtuosité !! Nous ne pouvons que savourer notre plaisir en écoutant celui dont tant de nos virtuoses préférés se sont inspirés, tels que Andrew Latimer (Camel), Steve Rothery (Marillion), Nick Barrett (Pendragon) et tant d'autres ! Aussi talentueux à la guitare acoustique qu'électrique, en bandoulière ou sur une table pour jouer en slide. Il fait corps avec sa vieille guitare toute usée par les innombrables sollicitations, et il parvient à pousser les cordes pour en extraire des sons si caractéristiques de son jeu ; souvent dans les aigus, parfois dans les graves mais toujours avec une force qui tranche avec son calme, sa sérénité.
Et, pour ne rien gâcher, il communique aisément en français (il s'applique bien sur les "r" !) avec son public, notamment pour plaider davantage de fraternité dans notre société. Je pense profondément que le choix de la musique générique de la SNCF pour introduire "Rattle That Lock" n'est pas anodin. Il est probablement plus francophile que la plupart de ses compatriotes.
Autre petit détail : J'ignore ce qu'il pense du Brexit mais en tous cas il a laissé son bassiste arborer un t-shirt aux couleurs du drapeau européen…

Le sentiment de plénitude est accru avec un gigantesque écran sphérique qui diffuse les images en gros plans du jeu du Maître, celles de ses complices, ainsi que celles des vidéos illustrant les chansons. L'éclairage, encore timide tant que le jour n'est pas encore tombé, s'est révélé somptueux et adapté aux différentes atmosphères.

Le spectacle est parfaitement en place, tous les musiciens sont impliqués dans leur partition mais également dans les chœurs et contre-chants, ce qui me touche tout particulièrement.
La voix de David peut parfois laisser penser à une légère faiblesse mais rien de bien gênant en fait ; d'ailleurs durant la soirée son intonation m'a parfois fait penser à Joe Cocker.

J'insiste particulièrement sur les trois choristes, non pas parce qu'ils étaient en face de moi, mais parce que je les ai trouvés excellents, vraiment. Tant pour leur virtuosité vocale sur les titres phares qui requiert un vrai talent, que sur leur gestuelle. Inlassablement ils contribuèrent à donner du mouvement à la grande scène sur laquelle les autres musiciens étaient relativement statiques, excepté peut-être Chester. Leur bonheur de mettre en valeur l'œuvre de David faisait réellement plaisir à voir. J'ai déploré d'ailleurs qu'au moment des présentations David, après un hommage appuyé pour ces comparses, était passé un peu rapidement sur leur identité, mais ils ne semblent pas s'en être offusqués.

Je pourrais disserter ainsi sur chaque titre, mais à quoi bon. Je ne me sens pas capable de détailler la palette des émotions vécues dans ce cadre royal.
Ce fut juste un moment inoubliable pour moi, un modeste mélomane, ainsi que pour les quelques 24000 personnes présentes (seule évaluation relevée dans le journal "le Parisien", ce dont nous devrons nous contenter faute de transparence, attitude aussi habituelle qu'exaspérante de la part de GDP). Notre positionnement était quasi-idéal pour déguster cette soirée puisque d'autres admirateurs placés dans les premiers rangs s'en sont écartés pour fuir la violence des tonalités basses et que d'autres encore étaient trop loin devant ainsi se contenter des écrans comme à la maison …

Le premier acte de la soirée se clôt vers 23 heures ; un premier bilan s'impose et les discussions sont animées entre mélomanes déjà émerveillés. Et pourtant à mon avis, avec le recul, le meilleur allait venir en seconde partie. Mais déjà à ce stade, le quart d'heure de pause n'a pas suffi pour échanger nos sentiments. En ce qui me concerne je fus ravi des choix de titres de Pink Floyd, même si j'ai été un peu frustré de les entendre ainsi tiré de leur contexte conceptuel. Excellente idée cette vraie cloche que le batteur fait tinter sur "High Hopes". Quant à son répertoire personnel je retiendrai les titres particulièrement merveilleux "Faces of Stone" et "In Any Tongue" (magnifique vidéo).

Vers 23h15, David revient nous asséner l'acte fatal, à coup de titres auxquels je ne m'attendais pas ; en particulier "One of These Days" et surtout "Fat Old Sun" que je n'aurais jamais imaginé écouter un jour sur scène avec (au moins) un des membres du Floyd. Tout juste imaginais-je vaguement écouter un jour un hommage interprété par un "Britfloyd" ou un autre ! Là, je peux dire que je me suis pris un pied inouï ! Les quatre premiers titres étourdissants étant passés, on se calme avec un retour à son répertoire plus récent et personnel.
Mais jamais l'émerveillement ne baisse totalement et surtout pas pendant le délicieux bluesy-jazzy "The Girl in the Yellow Dress"
Remarquable interprétation de "Sorrow" que personnellement j'adore car ce titre me rappelle une période de relative insouciance. Le temps passe très, trop vite et déjà "Run like Hell" est sensé clore la soirée.
David feint de nous abandonner mais, évidemment, le rappel s'impose peu après minuit et demi. Les trois titres qui suivent nous transportent de joie et, cerise sur le gâteau, c'est un somptueux "Comfortably Numb" qui termine définitivement la soirée, dans un jeu de fumigènes et d'éclairages en faisceaux absolument étourdissants !

C'est fini, il nous faut redescendre sur Terre. La foule tente de sortir dans un des deux goulots de sortie (le nôtre est particulièrement étroit), la sonorisation aurait pu (dû) diffuser l'opus "Animals" et ses bêlements pour coller à l'ambiance.
Après une longue et épuisante (après cette journée) marche dans la pénombre nous retrouvons notre titine pour la noyer dans une interminable guirlande rouge de voitures impatientes …Mais là encore nous ne pouvons pas nous plaindre car, en arrivant avant 17 heures, nous avons bénéficié d'une place proche de la sortie. La majorité des automobilistes a sans doute perdu de nombreuses demi-heures avant de pouvoir sortir !...
Nonobstant, avec le temps je suis persuadé que tous nous ne conserverons de cette soirée que les souvenirs radieux de cette parenthèse magique dans le monde post-floydien. Tant pis pour les hermétiques à ces sensations, ils ne savent pas ce qu'ils perdent …

PROGRAMME :

Acte 1:
5 A.M. (Rattle That Lock)
Rattle That Lock (Rattle That Lock)
Faces of Stone (Rattle That Lock)
What Do You Want From Me (reprise de Pink Floyd-The Division Bell)
The Blue (On an Island)
The Great Gig in the Sky (reprise de Pink Floyd-The Dark Side of the Moon)
A Boat Lies Waiting (Rattle That Lock)
Wish You Were Here (reprise de Pink Floyd)
Money (reprise de Pink Floyd-The Dark Side of the Moon)
In Any Tongue (Rattle That Lock)
High Hopes (reprise de Pink Floyd-The Division Bell).

Acte 2:
One of These Days (reprise de Pink Floyd-Meddle)
Shine On You Crazy Diamond (Parts I-V) (reprise de Pink Floyd-Wish You Were Here)
Fat Old Sun (reprise de Pink Floyd-Atom Heart Mother)
Coming Back to Life (reprise de Pink Floyd-The Division Bell)
On an Island (On an Island)
The Girl in the Yellow Dress (Rattle That Lock)
Today (Rattle That Lock)
Sorrow (reprise de Pink Floyd-A Momentary Lapse of Reason)
Run Like Hell (reprise de Pink Floyd-The Wall).

Rappel :
Time (reprise de Pink Floyd-Dark Side of the Moon)
Breathe (reprise de Pink Floyd-Dark Side of the Moon)

Comfortably Numb (reprise de Pink Floyd-The Wall).

vendredi 1 juillet 2016

BE PROG MY FRIEND FESTIVAL à BARCELONE - Poble Espagnol – 01 et 02/07/2016



"Imagine que Steven Wilson soit à l'affiche l'année prochaine !" Cette réflexion nous est venue en quittant l'édition 2015.
L'affiche de cette troisième édition est au-delà de ce que nous aurions imaginé, car non seulement Steven est bien prévu mais de surcroit il est en tête d'affiche ! Opeth, Magma et Pineapple Thief sont pour nous un bonus incroyable ; impossible de rater l'évènement qui se tient désormais sur deux jours.

Ravis de retrouver Barcelone, son soleil, sa chaleur, son cadre. La ville est belle et propre, ses transports pratiques et efficaces (des métros qui circulent tard, voire toute la nuit le samedi !). On s'y sent bien. Ravis de retrouver également le Poble Espagnol qui surplombe la cité.
Et puis ravis surtout de retrouver cette splendide cour qui contribue à animer une atmosphère de fête estivale entre mélomanes de tous pays, et facilite les rencontres, une mousse bien fraiche à la main ! Dans ce cadre superbe, nous retrouvons quelques amis, faisons connaissances avec d'autres, mais nous savons que nous sommes des privilégiés et que beaucoup d'autres amis absents aimeraient nous accompagner.
La restauration n'est pas excessive ; 3€ pour une petite bière, 5€ le hot-dog amélioré (hmmmmm quelle bonne idée d'ajouter ces copeaux de bacon !)
Pour ajouter à notre bonne humeur, l'organisation a pris de bonnes décisions. L'usage du kiosque étriqué l'an dernier par les groupes moins connus était ridicule et mal adapté pour les artistes. Cette fois, seule la grande scène est utilisée les deux jours, les groupes moins connus s'expriment désormais la veille, vendredi ; tous les groupes, quel que soit leur notoriété, bénéficient tous ainsi du même espace d'expression. Une mesure de bon-sens.
Autre bienfait : Le passage des artistes est entrecoupé de pauses bienvenues d'une vingtaine de minutes : RIEN A VOIR, DONC, AVEC LA MOULINETTE DES FASTFOOD hélas trop fréquents dans les festivals !!!
Le kiosque est désormais réservé à la vente des produits dérivés. Et cette bonne idée permet en outre à la file d'attente de ne rien perdre du spectacle !
La sonorisation des artistes m'a paru quasi excellente durant tout le festival. Parfois, nous avons pu déplorer un petit excès de basse (surtout lors de Pineapple Thief), mais on s'accommode plus ou moins de ce problème récurrent en fonction des groupes. L'excellence des équilibres sonores fut atteinte par le concert de Wilson !
On a toutefois souvent regretté qu'entre les groupes une musique assourdissante empêche les mélomanes d'échanger sereinement leurs impressions, surtout le vendredi car le niveau sonore fut notoirement baissé le lendemain !

VENDREDI 1er JUILLET

EXXASENS : 17h30 – 18h20. Nous sommes arrivés décontractés, un peu trop peut-être car nous n'assistons qu'aux cinq dernières minutes. Pourtant suffisantes pour ressentir une impression positive et nourrir le regret de ne pas avoir pressé notre allure. Ce "Back to Earth" fait bigrement penser à du Mogwai, et c'est vraiment très bon !
Le public est encore clairsemé en ce début d'édition mais il semble globalement satisfait de ce premier groupe barcelonais.

PROGRAMME
Supernova
My Hands Are Planets
Hugeness
Bright Side of the Moon
Rocket to the Sky
Your Dreams Are My Dreams
Eleven Miles
Saturn
Back to Earth.

OBSIDIAN KINGDOM : 18h40 – 19h40. Eux aussi sont barcelonais. De nombreux passages intéressants aux sonorités surprenantes, alternent avec d'autres un peu plus pénibles, notamment lors de l'usage de voix rugueuses. Ils ne m'auront pas laissé un souvenir impérissable ; en fait, j'aurais préféré qu'ils passent avant leur compatriote …

PROGRAMME
The Kandinsky Group
Darkness
Last of the Light
10th April
Haunts of the Underworld
Endless Wall
The Polyarnik
A Year With No Summer
Black Swan
Away / Absent.


Le public s'étoffe, sans doute à la faveur de la fin des horaires de travail.


IAMTHEMORNING : 20h00 – 21h00. Voilà le premier groupe que j'attendais avec une vraie curiosité alimentée par quelques visionnages sur youtube. (J'avais ainsi appris que pour leur dernier opus "Lighthouse", ils ont été accompagnés de pointures telles que Mariusz Duda et Colin Edwin.) Ces russes, la chanteuse Marjana Semkina et le pianiste Gleb Kolyadin, sont accompagnés sur scène d'un violoncelliste et d'un violoniste.
A priori surpris en découvrant ces airs calmes, mélodiques et envoutants. La voix douce de Marjana est assurément l'attrait principal de leur musique mélancolique. Mais son élégance, son expressivité et sa fausse naïveté contribuent aussi à son charme. Pas laide du tout, ce qui ne gâche rien !
Elle parait bouleversée par l'accueil du public pour son premier concert en Espagne. Elle s'excuse de ne pas chanter l'amour et les jolies fleurs mais plutôt la mélancolie qui semble hanter son esprit, prétextant qu'il "n'y a pas souvent l'occasion de se réjouir en Russie" (et pan dans les dents de Vladimir).
Je ne peux m'empêcher de penser à Kate Bush par moment.
Bref, avec mon entourage nous sommes séduits. Ovation méritée.

PROGRAMME
Clear Clearer
Too Many Years
5/4
KOS
Chalk And Coal.


AGENT FRESCO : 21h25– 22h25. Ces islandais animaient également une forte curiosité de ma part, après avoir testé leur musique sur youtube.
C'est bien pêchu et je retrouve ces passages à la fois mélodiques et énergiques qui me rappellent agréablement les norvégiens Leprous. Mais bon, est-ce dû à cette comparaison, finalement je ne peux pas dire que j'aurai été emporté par un irrésistible élan d'enthousiasme débordant. Le titre "Dark Water" reste toutefois un moment fort du concert.
Le public leur accorde la première véritable grande ovation de la journée.

PROGRAMME
Anemoi
He Is Listening
Howls
Destrier
Pyre
Implosions
A Long Time Listening
See Hell
Angst
Dark Water
Eyes of a Cloud Catcher
The Autumn Red.


THE PINEAPPLE THIEF : 22h50 – 00h00. Parmi les quatre groupes qui ont motivé notre venue en Catalogne, figure bien entendu ces sympathiques voleurs d'ananas ! Je les avais déjà vus trois fois depuis 2012 mais toujours dans des petites salles. Cette fois ils nous semblent en peu perdus sur la grande scène et en tête d'affiche du premier jour. Ils paraissent avoir du mal à occuper l'espace.
Leur musique est toujours aussi envoutante, très mélodique et mélancolique mais je ne parviens pas à ressentir l'intimité qui se dégageait de leurs précédents concerts…
Un manque de complicité a été ressenti pendant tout le concert (peu d'échange), jusqu'au salut final qu'ils envoient vite-fait-bien-fait au public dans la foulée de la dernière note.
Que le lecteur ne se méprenne pas ; ce fut un très bon concert. Il manquait juste une âme.
Le public les a applaudit mais sans enthousiasme débordant. Pas de rappel, donc.
Et puis un peu déçu par l'absence de Gavin Harrission à la batterie que j'avais eu la naïveté d'espérer voir compte tenu de sa contribution au prochain opus du groupe… Pas d'invité surprise non plus pour clore cette première soirée.

PROGRAMME
What Have We Sown? (Intro)
Wake Up the Dead (Someone Here Is Missing)
Alone at Sea (Magnolia)
The One You Left to Die (Magnolia)
All the Wars (All the Wars)
Magnolia (Magnolia)
Simple as That (Magnolia)
Sense of Fear (Magnolia)
Remember Us (Variations on a Dream)
Reaching Out (All the Wars)
Snowdrops (Little Man)
Nothing at Best (Someone Here Is Missing).
.

SAMEDI 2 JUILLET

Cette fois nous sommes dans l'enceinte avant le début des concerts ; tant mieux ça nous laisse le temps de savourer une bonne mousse, bienvenue après cette maudite montée vers le Poble.

ANNEKE VAN GIERSBERGEN : 16h30 – 17h20. Mon intérêt pour les belles voix m'incite à prêter une attention toute particulière au passage d'Anneke sur la scène du BeProg, même si je n'ai jamais vraiment complètement été séduit par son répertoire.
Effectivement la Belle a une superbe voix, à la fois douce, chaude et énergique. Son charisme est très fort et elle se permet même de se plaindre, en tant que batave, de la chaleur barcelonaise ; il est vrai que le soleil la tape en pleine face !
La musique nous étonne par sa force à laquelle elle m'avait peu habitué. Autre bonne surprise, c'est l'apport d'une seconde très bonne chanteuse (ce qui évite mon agacement d'entendre une bande sons dont trop d'artistes ont tendance à abuser).
Elle emprunte au répertoire de ses précédentes expériences musicales, dont Ayreon et The Gathering. Bref c'est bon, carré, efficace … Mais la malheureuse souffre de ma comparaison avec sa compatriote Floor Jansen à laquelle je ne peux m'empêcher de penser dès que j'entends une voix féminine dans le métal (non, pas taper !).
Belle ovation du public, en tous cas et c'est mérité !

PROGRAMME

Endless Sea
Heart of Amsterdam
Brightest Light
The Storm
Isis and Osiris (reprise de Ayreon)
Witnesses (reprise de Agua de Annique)
Strange Machines (reprise de The Gathering)
Fallout (reprise de Devin Townsend Project)
Shores of India.


BETWEEN THE BURIED AND ME : 17h50 – 18h50. Alors eux, j'avais déjà été contraint de les subir en septembre dernier car ils accompagnaient Haken en tournée. Mais il se trouve que je n'accroche pas du tout aux vociférations gratuites du hurleur.
C'est très dommage car leur musique est très souvent séduisante. Mais désolé la voix m'insupporte. C'est juste rédhibitoire.

PROGRAMME
The Coma Machine
Informal Gluttony
Extremophile Elite
The Ectopic Stroll
Telos
Bloom
Selkies: The Endless Obsession.


MAGMA : 19h20 – 20h20. Le groupe tarde à débuter le programme, sans doute pour satisfaire leur exigence sur la sonorisation ; le son s'avère pourtant excellent.
Je savoure tout particulièrement la virtuosité de Philippe Bussonnet à la basse !
Tout est exécuté impeccablement, cadré par l'implacable frappe de Christian Vander, accompagnée des percussions de Benoit Alziary.
Comme d'habitude, la spirale musicale des instruments et des voix envoute la large partie du public qui a su trouver "la porte" comme dirait l'ami Robert.
Faute d'avoir tardé à débuter, Magma se voit contraint à modifier la fin du programme pour respecter le temps imparti. Mais, en ce qui me concerne, ce petit désagrément me permet d'écouter des airs moins connus.
Pas peu fier de voir ce groupe français défendre sa légende devant un public très cosmopolite, pour la première fois sur la scène barcelonaise.
Très belle ovation d'un public conquis par cette musique si atypique ! Cocorico !

PROGRAMME
THEUSZ HAMTAAHK
ZOMBIES
KOBAÏA.


OPETH : 20h50 – 22h50. A l'instar d'autres paradoxes qui façonnent mon personnage complexe, j'en conviens aisément, ma dévotion pour Opeth est encore une source de perplexité. En tant que grand défenseur de l'art vocal, du chant mélodique clair et lumineux, c'est pourtant ainsi, au fil de mes découvertes initiées par la production de Steven Wilson, j'ai commencé par admirer les titres aux chants clairs et puis, petit à petit, j'ai fini par comprendre et apprécier (non sans peine, je le souligne) les voix gutturales. Ou plutôt celle de Michael en particulier. Car il me semble (impression subjective sans doute) qu'il n'abuse pas de l'exercice. Je ne cesse de m'étonner de sa maitrise des tonalités.

Ce soir ne fait pas exception, je préfère toujours la partie du répertoire favorisant les voix claires, d'autant plus que Michael chante merveilleusement bien. Pourtant, la plupart des titres comportent de larges plages de ses grognements. Cela ne m'a pas empêché de me délecter de ces alternances musicales, tantôt d'une violence inouïe et tantôt d'une délicatesse étourdissante ! Favorisé par un son puissant mais précis, mes muscles n'ont cessé de fonctionner tout seuls, tels ceux d'un épileptique !

Et puis, comment ne pas s'amuser de son humour ! Parfois aux dépends de son techniciens, parfois aux dépends de son guitariste solo Fredrik Åkesson, voire de lui-même !! Il est particulièrement à l'aise avec son public avec lequel le respect est réciproque. En l'occurrence, il pousse ce soir Martin Mendez, son bassiste né en Uruguay, à venir bredouiller quelques mots face au public catalan qui apprécie quand même le geste (mais je ne suis pas certain que Mickael ait saisi la particularité catalane).
Le batteur Martin Axenrot s'est montré parfait pour cadrer l'ensemble, pendant que le clavier Joakim Svalberg nappait les atmosphères avec bonheur.

Autant dire que je n'ai pas vu passer les deux heures avec ces suédois ! Ces mecs ont la classe et le talent ! J'ai adoré leur septième concert depuis 2008, et j'en redemande !!!

PROGRAMME
Cusp of Eternity (Pale Communion)
The Devil's Orchard (Heritage)
The Leper Affinity (Blackwater Park)
Godhead's Lament (Still Life)
To Rid the Disease (Damnation)
I Feel the Dark (Heritage)
Heir Apparent (Watershed)
Demon of the Fall (My Arms, Your Hearse)
The Grand Conjuration (Ghost Reveries)
Deliverance (Deliverance).

STEVEN WILSON : 23h20– 01h20. Je le relatais en préambule du récit, la venue du maître s'imposait, d'autant plus que HCE et 4,5 ont fait l'objet d'une large tournée promotionnelle à l'issue de laquelle il a encore acquis de l'assurance.
Pour ma part, je me surprends à constater que j'assiste à son cinquième concert de cette tournée ! Je n'ai jamais suivi un artiste de cette façon ! Il m'a poussé à sillonner la France, la Belgique et l'Espagne. Cerise sur le gâteau, en dépit d'un public nombreux, (la cour est pleine comme un œuf) nous parvenons à nous placer dans les premiers rangs ; si bien que même ma petite Fée pouvait tout voir de la scène !
Le va-nu-pied est donc venu une nouvelle fois fouler le sol catalan et accroitre encore sa notoriété grâce à ce festival qui est en passe de devenir légendaire. Au regard du nombre de t-shirts à la gloire de ses œuvres, on peut estimer sans risque que la majorité lui est acquise, et pourtant beaucoup semblent avoir découvert ce soir la force de séduction de cette musiques enivrante ! Plusieurs interlocuteurs me confessaient le découvrir ce soir, tous ont reçu une claque magistrale ; sans cynisme aucun je m'en réjouis !
Que dire ou répéter d'un tel spectacle ? Certes le programme aura peu différé sur ces cinq concerts mais, si cet apparent immobilisme m'aurait profondément agacé de la part d'autres musiciens, en revanche avec Steven on ne peut pas s'ennuyer. D'abord parce Steven accorde toujours une part (plus ou moins importante selon son humeur) à l'improvisation, à la sienne, ou à celle de ses partenaires.
Le bassiste Nick Beggs est décidément beaucoup moins extravagant qu'à ses débuts dans le groupe, mais il assure toujours sa part de base rythmique et de chœurs aigus très justes. Paradoxe toujours amusant entre la tonalité de ses cordes vocales et celle des cordes de sa basse !! Quel talent !
Aux claviers, Adam Holzman très humble et discret et pourtant si essentiel ! Ses interventions musicales sont toujours délicates et idéalement délivrées ! Il est celui qui me semble le plus en osmose avec Steven (mais ce n'est que mon impression), qui d'ailleurs le laisse errer dans de belles improvisations, sans que jamais il n'en abuse. Juste exquis.
Au risque de choquer et d'agacer certains de mes lecteurs, je persiste à déplorer le départ du batteur Marco Minnemann et du prodigieux guitariste Guthrie Govan, car Craig Blundell et Dave Kilminster assurent leur fonction mais sans le talent et l'âme des deux précédents. Voilà, c'est mon ressenti, je fais peut-être une fixation. Dave c'est planté sur le premier solo important qu'il avait à produire ; ça peut arriver bien sûr, mais cela conforte mon impression qu'il récite une partie qui n'est pas la sienne et qu'il a bien du mal à réaliser aussi bien que son créateur Guthrie. Néanmoins, le reste du concert il a su nous faire vibrer avec ses chants de guitare et ma foi je lui reconnais toutefois un talent certain.
Steven quant à lui prend encore et toujours davantage d'aisance avec son public. Je le disais déjà au fil de mes précédents récits, mais ce soir il m'a encore semblé monter d'un cran. Une somme de petits détails qui montrent son épanouissement personnel ; il parle davantage de choses et d'autres (ce soir il raillait les supporteurs de football, il rend un hommage appuyé à David Bowie et Prince, il feint l'homme modeste en tentant de dévaloriser son répertoire, ect…). Sa gestuelle est moins crispée qu'à ses débuts et il invite désormais le public à battre des mains sur une cadence qu'il sait lui imposer …
Comme d'habitude, au fil du concert il montre l'étendue de ses talents : il exécute beaucoup de solos de guitare (d'ailleurs j'avais souvent l'impression qu'il soutenait les solos incertains de Dave), va s'asseoir à son instrument préféré le mellotron ou prend la basse.
Ajoutez à cette soirée délicieuse une sonorisation souvent surprenante ; certains sons venant dans notre dos ! L'espace était un écrin sonore pour notre Maître de cérémonie.
Hormis HCE, nous avons eu droit à quatre reprises de feu Porcupine Tree (je vous ferai grâce de mes états d'âmes sur cette disparition prématurée, ce n'est pas le sujet).
Allez un petit regret tout de même ; Ninet Tayeb n'étant pas présente, nous avons dû subir une bande son à sa place.
Voilà, après un rappel évident, les deux derniers titres achèvent de réjouir un public conquis ; une ovation impressionnante et interminable s'en est suivie !

PROGRAMME
First Regret
3 Years Older
Hand Cannot Erase
Routine
Home Invasion
Regret #9
Lazarus (reprise de Porcupine Tree)
Ancestral
Happy Returns
Ascendant Here On...
Index
Harmony Korine
Don't Hate Me (reprise de Porcupine Tree)
Vermillioncore
Sleep Together (reprise de Porcupine Tree)

RAPPEL :
The Sound of Muzak (reprise de Porcupine Tree)
The Raven That Refused to Sing


TEXTURE : 01h50– 03h00. Après une telle journée, gavée d'émotions authentiques, nous restons pour cet énigmatique groupe sensé nous emmener dans la nuit. Ce que je craignais arriva : les vociférations de ses excités du bulbe n'avaient aucune chance de me faire rester davantage que pour un titre.

PROGRAMME
One Eye for a Thousand
New Horizons
Shaping a Single Grain of Sand
Singularity
Illuminate the Trail
Zman
Timeless
RAPPEL :
Reaching Home
Regenesis
Awake
Laments of an Icarus

La cour s'est vidée des deux tiers en cette heure tardive. Après avoir tenté vainement de récupérer une version collector de mon ticket d'entrée,  nous partons donc aussi, épuisés mais HEUREUX.
L'esprit encombré de séquences innombrables de sons et images, nous redescendons du Poble en imaginant une nouvelle affiche pour la quatrième édition. Allez osons ; ce sera MARILLION qui viendra de sortir son nouvel opus ! On verrait bien IQ qui aurait envie d'effacer la déprogrammation de l'an dernier, ou bien ANATHEMA ? ou PENDRAGON ? Et pourquoi pas un retour de HAKEN ou de LEPROUS qui méritent bien mieux que le minuscule kiosque de la deuxième édition ?
La période des vœux est désormais ouverte ! Nous on économise déjà. A défaut d'une belle affiche à Barcelone on pourra toujours se rabattre sur Lorelei (dont l'affiche cette année était bien moins séduisante) !


lundi 1 février 2016

STEVEN WILSON – Palais des Congrès - 01/02/2016




Une fois de plus, une légère angoisse m'étreint avant de rédiger un petit relevé de mes impressions ressenties lors d'un concert de Steven Wilson. Ce récit je le rédige avant tout pour moi et je ne fais qu'une confiance relative en ma mémoire à moyen terme ; du coup je me dois de relater les détails qui ont contribué à exalter mon plaisir. Mais finalement est-ce dans les détails que les émotions d'un tel concert se reflètent ? Pas sûr.

En tous cas, ce qui me vient de suite à l'esprit c'est la satisfaction d'avoir assisté à un autre concert hors norme qui a répondu à beaucoup d'espoirs : en acte un, l'intégrale de HCE. Puis, en acte deux plusieurs reprises de Porcupine Tree et, de surcroit, une reprise de Storm Corrosion. Ninet Tayeb dont la présence est indéterminée sur la tournée était bien là ce soir. Et enfin, cerise sur le gâteau une magnifique reprise de "Space Odditty" en hommage à David Bowie.
Petit regret, car il faut bien en avoir un, histoire de relativiser la chose ; ce soir le groupe n'était pas encore (à mon humble avis) dans sa configuration idéale puisque Marco Minnemann, Theo Travis, et Guthrie Govan n'étaient pas là. Leur talent et leur fantaisie m'ont parfois manqué mais pas au point toutefois de gâcher mon plaisir. Craig Blundell et Dave Kilminster assurent cependant correctement leur partie.
Nick Beggs et Adam Holzmann ont pleinement donné satisfaction par leur sensibilité, leur efficacité et leur engagement pour accompagner un Steven Wilson plus radieux et accompli que jamais.

Pratiquement rien à reprocher à l'interprétation de "Hand Cannot Erase" intégralement repris pour l'acte un. Juste cette pointe de sensibilité en moins en raison de l'absence des protagonistes sus cités. Je souligne l'interprétation de "Transience" dont on regrettait l’absence des concerts précédents, durant laquelle Nick délaisse sa basse pour la guitare.
Cet acte un fut un grand moment de bonheur accentué avec l'interprétation des somptueux "Routine" et "Ancestral" par Ninet Tayeb.

Cette chanteuse israélienne, que je ne connaissais pas avant sas participation à HCE, m'a ce soir totalement convaincu de son talent. Son timbre est magnifique et sa présence humble, délicate et sans excès a ravi mon ouïe et ma vue. Pourtant, si j'avais adoré sa prestation du HCE, j'étais en revanche plus critique sur son interprétation de "Don't Hate Me" sur 4 ½ avec cette voix excessivement implorante. Mais ce soir elle a gommé cette imperfection sur ce titre, excellemment interprété dans la seconde partie de soirée. On se prend à rêver d'une collaboration renouvelée dans l'avenir …

L'acte 2 m'a également réjoui par l'équilibre de la programmation : cinq titres du prestigieux passé avec Porcupine Tree, deux titres du très bon mini opus 4 ½ (dont mon préféré " Vermillioncore", et deux titres de son répertoire personnel. Deux moments délicieusement surprenants : la reprise du lugubre "Drag Ropes" de Storm Corrosion fut un pur régal de mélodie mélancolique accentué par le délicieux passage de chœur à trois voix (Nick, Steven et Dave), puis bien sûr, à l'occasion du rappel, l'interprétation émouvante de "Space Odditty" de David Bowie.
Cet hommage appuyé a encore accru mon respect pour le talent énorme et pourtant humble de Steven. En le regardant s'exprimer accompagné de Ninet avec ce fond de scène à l'effigie de l'un de ses principaux inspirateur, on ne pouvait que comprendre et être ému avec eux. En tous cas, pour une fois Paris aura été favorisé car ce titre n'a pas été repris sur toutes les dates depuis le décès du chanteur, même en Angleterre !

Hormis son voilage (aussi agaçant qu'inutile, puisque malencontreusement soulevé par un courant d'air mal venu) installé devant la scène pour deux titres on s'est réjoui d'une belle mise en scène avec cet écran de fond de scène illustrant la plupart des titres. La soirée se clôt avec " The Raven", le temps est passé trop vite et pourtant lorsque le groupe salue son public il est 23h15, ce qui signifie que nous venons de passer trois heures et quart (certes, en comptant l'entracte) sur un nuage.

Bref, un mot s'impose : MERCI ! Merci Steven, continue à nous émerveiller ainsi et à nous donner l'impression de voyager dans un espace étrange et magique, a space oddity.

PROGRAMME

ACTE 1:
First Regret
3 Years Older
Hand Cannot Erase
Perfect Life
Routine (chanté par Ninet Tayeb)
Home Invasion
Regret #9
Transience
Ancestral (chanté par Ninet Tayeb)
Happy Returns
Ascendant Here On...

ACTE 2:
Drag Ropes (reprise de Storm Corrosion)
Open Car (reprise de Porcupine Tree)
My Book of Regrets (4 ½)
Index
Lazarus (reprise de Porcupine Tree)
Don't Hate Me (reprise de Porcupine Tree) (chanté par Ninet Tayeb)
Vermillioncore (4 ½)
Sleep Together (reprise de Porcupine Tree)

RAPPEL:
Space Oddity (reprise de David Bowie) (chanté par Ninet Tayeb)
The Sound of Muzak (reprise de Porcupine Tree)

The Raven That Refused to Sing.